Zoom sur Confluence, le quartier écologique de Lyon

Quartier Confluence à Lyon

Confluence, le cœur de la Smart City lyonnaise

Le quartier Confluence du sud lyonnais tire son nom de la position stratégique qu’il occupe, les deux fleuves – le Rhône et la Saône – s’y rejoignent. Après une activité industrielle accrue, le quartier a peu à peu été déserté et est resté à l’abandon jusque dans les années 2000, lorsque le maire de Lyon a lancé un projet de reconversion du terrain. Le quartier subit donc une transformation depuis une décennie, mais les travaux sont encore loin d’être terminés. L’alliance des secteurs privé et public n’est pas de trop pour mener à bien ce projet considérable.

S’étalant sur une superficie de 150 hectares et proposant un mélange entre urbanisme, modernité et environnement, le nouveau quartier de Lyon Confluence est en voie d’être qualifié d’éco-quartier. Afin d’assurer le bon fonctionnement et le trafic, les nouveaux bâtiments se divisent en logements, immobilier d’entreprise (bureaux professionnels, commerces) et centres culturels, sans oublier des espaces verts. Le réaménagement du territoire Confluence passe par de nouvelles constructions et la rénovation d’anciens bâtiments industriels. Extérieurement, les nouveaux bâtiments font preuve de créativité et d’originalité. Intérieurement, il en va de même, les constructions sont lumineuses et colorées. Les formes variées donnent à l’architecture un aspect très moderne et contemporain, voire même futuriste, conçues dans un esprit de développement durable et de diversité. Pour cela, on a fait appel à des architectes de renommée mondiale.

 

Des constructions innovantes

Les matériaux utilisés pour ces bâtiments sont divers et permettent une optimisation énergétique : bois, verre, métal (fer, acier et aluminium), béton, tout y est pour tirer le meilleur de chacun. Car ces bâtiments ont été pensés pour produire plus d’énergie qu’ils n’en dépensent. Certains sont des bâtiments à énergie positive et fonctionnent en autosuffisance – tel que Hikari. Pour cela, les immeubles captent les rayons du soleil avec notamment des panneaux photovoltaïques, récupèrent l’eau de pluie, et un réseau de chaleur urbain a été mis en place. Ces immeubles sont qualifiés d’intelligents et connectés : un système calcule et accumulent des données, puis il est capable de répartir l’énergie là où on en a le plus besoin. Les habitants et utilisateurs des locaux professionnels peuvent suivre leur consommation énergétique d’heure en heure. Tout a été fait pour répondre aux enjeux environnementaux, le quartier Confluence est certifié HQE (haute qualité environnementale) et le premier en France à être labellisé WWF (World Wide Fund) pour la protection de l’environnement. Il a également reçu le prix « formes urbaines et densité » du palmarès des écoquartiers en 2009.

Du design à l’économie d’énergie, l’innovation a été mise au cœur du quartier Lyon Confluence. Des bâtiments tels que le musée des Confluences, le cube orange et le cube vert (bâtiments avec des cônes creusés), le monolithe, Amplia, le pôle de loisirs et commerces, l’entrepôt des douanes, La Sucrière valent le coup d’œil. Le première phase prévoit 338 000 m2 de locaux entre 2003 et 2018 et la seconde phase est également en cours jusqu’à 2025, les concepteurs doivent fournir 420 000 m2 supplémentaires d’espaces économiques, publics et résidentiels.

Asylum nous fait découvrir le futur ilôt B2 à Confluence en vidéo : immersion 3D garantie !